L'association créée par Edgar Cayce
Edgar Cayce's A.R.E.
  L'association créée par Edgar Cayce : A.R.E. 
  Association for Research and Enlightenment, Inc
.


Croissance spirituelle, prière et méditation


Que disent les lectures d’Edgar Cayce sur la croissance spirituelle, la prière et la méditation ?


L’un des thèmes fondamentaux apparaissant dans les lectures concerne notre relation avec la Force Créatrice. En raison de cela, durant une période de onze ans, de 1931 à 1942, Edgar Cayce réalisa une série de cent trente lectures pour un groupe de gens s’intéressant aux lois spirituelles (le « groupe d’études no1 »). Il faut savoir qu’au début certains membres du groupe souhaitaient développer leurs pouvoirs psychiques. Cayce leur déclara qu’ils devaient plutôt s’attacher au progrès de leur âme. Il leur expliqua que, suivant leurs besoins personnels et le motif de leur présente incarnation, leurs facultés extrasensorielles découleraient de leur persévérance à analyser et à mettre en pratique les principes universels.

L’information compilée par le groupe d’études noà partir de cette série de lectures donna naissance au livre « À la recherche de Dieu ». Celui-ci expose des concepts spirituels applicables dans la vie quotidienne. Il nous éveille à la vérité, nous fait comprendre notre authentique nature divine et nous conduit vers la Lumière. Il nous révèle le but de l’existence et nous aide à accomplir notre mission sur la terre. Il nous apporte la paix, l’espérance et la sublime félicité de nous sentir en harmonie avec le Créateur ainsi qu’avec nos semblables. En montrant que nous faisons partie de Dieu et sommes un en Lui, il nous incite à contribuer à l’édification d’un monde meilleur et à devenir de nobles instruments de la volonté du Seigneur, de pures expressions de l’amour universel. Les préceptes qu’il offre ont été accueillis par des gens de toute tendance religieuse. Ils continuent à inspirer et à transformer d’innombrables personnes, leur permettant d’élever leur niveau de conscience par la prière, la méditation, la coopération, la foi, la patience et l’altruisme. On compte aujourd’hui dans le monde quantité de « groupes d’études » — nom générique des groupes de discussion qui se réunissent périodiquement chez des particuliers pour approfondir les thèmes abordés dans les lectures d’Edgar Cayce.

Selon Cayce, nous sommes des êtres spirituels actuellement incarnés sur la terre. En effet, l’homme n’est pas un corps physique doté d’une âme, mais une âme qui se trouve dans la matière afin de tirer profit de ses expériences et de retourner à la Source suprême. Dans la Bible, nous voyons aussi que l’être spirituel (Genèse 1) fut créé avant l’être physique (Genèse 2). Étant donné que comprendre et manifester notre véritable relation avec Dieu et la Création constituent la finalité de notre présence ici-bas, nous devrions méditer de façon régulière. Notons que Cayce mentionnait et recommandait déjà la méditation en 1921, alors qu’en Occident on ignorait encore souvent de quoi il s’agissait. Ce fut dans les années 1970 que l’on commença à en parler, bien que pour beaucoup elle restât une notion surprenante ou curieuse, propre aux religions orientales. Depuis, des recherches cliniques ont prouvé son influence salutaire. De nombreux médecins la reconnaissent maintenant comme un moyen efficace de réduire l’hypertension, de diminuer le stress et de parvenir à la sérénité.

Méditer consiste à calmer notre corps et notre esprit[1], et à cesser de concentrer notre attention sur le monde extérieur, afin de nous unir à Dieu dans le silence de notre sanctuaire intérieur. La méditation opère favorablement sur le plan physique, en relaxant le corps ; sur le plan mental, en tranquillisant le cœur et la pensée ; sur le plan spirituel, en renouvelant l’énergie vitale et en stimulant nos attributs divins. Ceci nous permet de mener une existence plus utile, d’améliorer nos rapports avec les personnes qui nous entourent et d’affronter avec vaillance nos difficultés. En consacrant chaque jour un moment à nous libérer l’esprit des multiples préoccupations qui l’assaillent, nous regagnons la pleine conscience de notre essence divine. Nous pouvons dire que prier est nous adresser à Dieu et Lui parler, tandis que méditer signifie écouter Dieu, en nous laissant instruire et guider par la partie de notre être qui demeure en constante communion avec l’Infini.

En appliquant quelques règles très simples, la méditation est à la portée de tous, et même les novices en ressentent les immenses bienfaits.

· La première étape nécessite que l’on s’installe dans une position confortable ; beaucoup choisissent de s’asseoir sur une chaise, le dos droit, les pieds à plat sur le sol, les yeux fermés, les mains sur les genoux ou de chaque côté. Commencer à se détendre en effectuant des respirations lentes et profondes — inspirer à fond, et garder un peu l’air dans les poumons avant d’expirer doucement. En même temps, rechercher par la pensée les tensions existant dans le corps, et les éliminer l’une après l’autre en employant l’imagination ou en massant du bout des doigts les zones correspondantes.

· La deuxième étape demande de se concentrer sur une formule pacifique et inspiratrice, nommée « affirmation » : par exemple, « la paix m’enveloppe et règne en moi » ; « je suis dans un état de relaxation totale » ; un verset de la Bible ; un aphorisme spirituel comme « Dieu est amour ». Il convient d’empêcher que l’esprit vagabonde ou s’égare en d’autres considérations, telles que les tâches à exécuter ou ce qui s’est passé dernièrement au travail. Après avoir réfléchi sur le message de l’affirmation en pesant chaque mot avec soin, il est important de se pénétrer de sa signification. En effet, les impressions ressenties dans l’être intérieur marquent bien davantage que les paroles elles-mêmes. Ainsi, il ne suffit pas de répéter « Dieu est amour », car c’est le sentiment associé à cette proposition qui lui confère sa force et son ampleur.

· La troisième étape représente la méditation proprement dite. Elle requiert de demeurer en silence, en s’immergeant dans les sentiments suscités par l’affirmation. Dès que l’esprit erre, se concentrer à nouveau, d’abord sur le sens des mots de l’affirmation, puis sur les sentiments que ceux-ci engendrent. Il ne faut pas se décourager : focaliser l’attention sur une seule assertion exige du temps et de l’entraînement. Au début, garder le silence pendant cinq minutes environ, mais aller jusqu’à quinze ou vingt minutes après une certaine habitude.

· La quatrième étape consiste à envoyer de bonnes pensées ou des prières à d’autres personnes avant de terminer la séance de méditation. Par exemple, dans le cas où l’amour a été choisi comme thème central, en adresser aux êtres chers et à quiconque en a besoin.

En la pratiquant chaque jour, la méditation devient de plus en plus facile, et la quiétude qui émane de ces instants de concentration silencieuse et de recueillement se reflète dans tous les aspects de la vie.

À l’inverse de ceux qui avancent que l’esprit doit rester inactif, parce qu’il se laisse aisément perturber et altère le processus de méditation, Cayce soutient dans les lectures que le pouvoir créateur de la pensée peut être utilisé de manière adéquate pour atteindre un haut degré d’harmonisation avec la Source universelle.

Méditer régulièrement nous met sur la voie de la guérison physique, mentale et spirituelle. Grâce aux affirmations constructives que nous formulons et à l’idéal que nous maintenons durant la méditation, nos tendances négatives disparaissent, remplacées par des attitudes plus positives.

En général, nous perdons des heures en futilités, alors qu’un petit moment réservé à la prière et à la méditation nous procurerait davantage de paix, de joie et de plénitude que toute autre activité. Cherchons d’abord le royaume de Dieu, qui est au-dedans de nous. La parole et les promesses divines sont éternelles : invoquons le Seigneur, sachant que nous sommes le temple du Dieu vivant, que le Très-Haut réside en notre sanctuaire intérieur. Dans le silence de la méditation, une fois le corps détendu, la pensée sereine et les soucis oubliés, nous nous ouvrons à notre nature spirituelle et nous unissons à la Force Créatrice.

Les lectures d’Edgar Cayce soulignent que chacun devrait méditer, car la communion avec Dieu est primordiale. En effet, l’âme, notre être supérieur, ne se complaît que dans le Divin et aspire à se fondre dans le sein du Créateur. La méditation assidue nous aide à exprimer notre relation intime avec le Seigneur, à appliquer les principes universels dans la vie quotidienne, à distinguer l’omniprésence de Dieu, et à nous préparer pour que la transition que nous appelons la mort constitue un pas supplémentaire vers une compréhension toujours plus parfaite du Père.

 

Ouvrages conseillés :

« À la recherche de Dieu » - Tomes I et II (“A Search for God”)

« Edgar Cayce et la méditation » (“Meditation and the Mind of Man”) — Herbert Puryear et Mark Thurston

« Edgar Cayce, L’âme et son destin ou le vrai sens de la vie » (“Soul-Purpose, Discovering and Fulfilling Your Destiny”) — Mark Thurston

 


Pour de plus amples renseignements sur les groupes d’études, contacter :

A.R.E.
Spiritual Growth / Search for God
215  67th Street
Virginia Beach, VA 23451-2061
U.S.A.

En anglais
E-mail : studygroups@edgarcayce.org
Site web : http://www.edgarcayce.org
Tél. : (1-757) 457-7187
Tél. : 1-877-428-2734 (depuis les États-Unis ou le Canada)
Fax : (1-757) 422-4631

En français
E-mail : groupesdetudes@edgarcayce.org
E-mail : recherchededieu@edgarcayce.org
Site web : http://www.edgarcayce.org/en_francais/
Tél. : (1-757) 428-3588 poste 7520
(Lorsque vous entendez le message enregistré, composez le numéro du poste.)
Fax : (1-757) 422-4631

 



[1] Le terme anglais « mind » se traduit par « pensée » ou « esprit » quand il définit ce qui gère les processus mentaux. En français, le mot « esprit » se réfère au domaine mental ou spirituel, suivant le contexte. Il convient aussi de différencier « l’esprit » de « l’Esprit ». Ce dernier caractérise l’Esprit de Dieu.

 

® A.R.E., 2002 Inc. All rights reserved. Edgar Cayce Readings © 1971, 1993, 1994, 1995, 1996 by the Edgar Cayce Foundation.